Le musée Granet intègre le Li-Fi dans sa médiation culturelle

par | Nov 12, 2021 | PRESSE | 0 commentaires

Dès la réouverture des lieux culturels, le musée Granet à Aix-en-Provence va proposer aux publics en situation de handicap un dispositif de médiation basé sur la technologie Li-Fi. A terme, l’internet de la lumière sera proposé à tous les férus de culture.

Peu de musées français sont équipés de Li-Fi en comparaison avec les musées anglo-saxons, rappelle Bruno Ely, Conservateur en chef du musée Granet situé à Aix-en-Provence. En effet, il est le seul avec le Musée Français de la Carte à Jouer d’Issy-les-Moulineaux à proposer un tel dispositif en France. Pour rappel, le Li-Fi, ou Internet de la lumière, est un système de transmission de données passant par la lumière. Contrairement au Wi-Fi, qui utilise les ondes pour transmettre des informations, le Li-Fi utilise le signal lumineux.


C’est d’abord pour les publics en situation de handicap que le musée de beaux-arts, d’archéologie et d’art décoratif a voulu proposer cette nouvelle expérience de visite. Equipé de son propre appareil mobile ou d’une tablette, l’utilisateur pourra recevoir des informations sur les œuvres lorsqu’il se trouvera sous le rayon lumineux des ampoules équipées du Li-Fi. « J’ai tout de suite été intéressé par la symbolique du Li-Fi qui consiste à entrer dans un faisceau lumineux pour accéder à une information », confie Bruno Ely. Le contenu déclenché sur l’appareil peut être audio, vidéo, écrit ou graphique. « Près d’un tableau de Guardi représentant Venise, nous proposons par exemple un dialogue fictif autour de personnages présents dans l’œuvre », décrit le conservateur en chef. Le Li-Fi a été installé grâce au soutien de la MGEN : « Le mécénat de la MGEN nous a permis d’aller plus vite technologiquement et de développer des contenus spécifiques adaptés au dispositif », continue-t-il.

Lorsque la réouverture du musée sera possible, le dispositif sera proposé sous forme expérimentale. La crise sanitaire a repoussé les premières phases de tests qui auraient dû débuter en 2020. Si les essais sont concluants, le musée entend élargir ce nouvel outil de médiation à un plus large public.

Au musée Granet, la technologie a trouvé sa place

Depuis plus de 5 ans, le musée Granet s’est approprié les nouvelles technologies afin d’enrichir l’expérience visiteur, mais « en conservant les valeurs du musée » précise Bruno Ely. « On aurait pu faire un musée virtuel mais ce n’est pas notre objectif. Ce que l’on veut, c’est que le rapport à l’œuvre soit au fondement de ce qu’est un musée ». Un livre d’or numérique et des écrans interactifs ont ainsi fait leur apparition. Dans le cadre de l’exposition « Pharaon, Osiris et la momie » prolongée jusqu’au 26 septembre 2021, le jeu Assassin’s Creed est proposé à la fin de la visite dans son mode éducatif afin d’explorer l’Égypte ptolémaïque.

Pour le conservateur en chef, il est évident que les nouvelles technologies sont un moyen de s’adapter à un public plus jeune. « Elles ne viennent pas gommer, mais magnifier les œuvres », déclare-t-il. Mais elles ne doivent en aucun cas les remplacer : « La matérialité fait partie de l’humanité. Le virtuel ou la technologie ne peuvent pas remplacer la perception, la sensualité qui peut exister à voir sans forcément toucher. L’approche d’une œuvre doit rester physiquement personnelle ». En revanche, les nouvelles technologies sont utiles pour raconter une histoire autour d’une œuvre ou d’un artiste selon lui.

sources : Tom Travel

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *